vendredi 8 février 2013

GPA: quand Hollande était défavorable

L
e député UMP Daniel Fasquelle a retrouvé une ancienne interview du président de la République (de moins d'un an quand même...), dans laquelle il faisait part de ses réserves sur la reconnaissance de la nationalité française pour les enfants nés par gestation pour autrui (GPA), rapporte Le Monde.
Cet entretien donné au magazine « Têtu » remonte à février 2012. François Hollande se déclare contre la GPA, mais aussi contre la reconnaissance des enfants nés d'une GPA à l'étranger, au titre que ce n'est qu'une "facilité donnée à la gestation pour autrui".
"Je suis hostile à la gestation pour autrui, la GPA", expliquait François Hollande. "Seriez-vous néanmoins favorable à la reconnaissance des enfants nés par GPA à l'étranger?", interrogeait alors le magazine. "Vous imaginez bien que si j'ouvrais cette question-là, ça pourrait être finalement une facilité donnée à la gestation pour autrui. Et seul compte le droit de l'enfant", répondait celui qui était alors le candidat du PS à l'Élysée.

Au deuxième jour du débat sur le projet de loi autorisant le mariage homosexuel, une circulaire de la Garde des Sceaux Christiane Taubira - dont elle avait annoncé l'imminence il y a 15 jours - a mis le feu aux poudres (voir Le Gaulois). Le ministère demande aux tribunaux de ne plus refuser la délivrance de certificats de nationalité française au seul motif qu'ils concernent des enfants nés de mère porteuse à l'étranger. Car, au gré des tribunaux d'instance, la délivrance d'un tel certificat peut être acceptée ou refusée si le fonctionnaire soupçonne une gestation pour autrui (GPA, mères porteuses).
Le Figaro - Flash Actu (posté par Isabelle)