lundi 11 février 2013

François, réveille-toi ! Ils t’ont trompé ! par Le Crieur du Cœur

J
e n’oserais jamais tutoyer un Président de la République (quoique, par principe, un tel personnage soit l’ami du peuple) ; mais je m’adresse ainsi au militant socialiste, et non au chef de l’État, car s’il est vrai que l’un est devenu l’autre, c’est peut-être que l’autre ne peut pas, face à l’influence des politiciens divers qui l’ont porté et qui l’entourent, agir en vrai socialiste, car eux ne le sont pas, même s’ils en ont usurpé le titre !
Non, je ne suis pas socialiste – et pas marxiste non plus, car il est facile de discerner en quoi consiste cette pseudo philosophie (mécaniciste, aurait probablement critiqué Lénine), doctrine qui, après avoir négligé l’être humain, individuel par nature et par essence, l’a très tôt totalement oublié dans ses affirmations « déconstructivistes », collectivistes niant le spécificité de l’individu...(.Du genre typique de cette affiche placardée dans la Pologne des années cinquante : « La tuberculose diminue la production » !!!)


Je m’adresse donc à l’homme qui a maintenant à diriger l’État – en s’étant fait élire sur un  programme tout rose mais qui, en sous-main, était et est resté miné par des pseudo-partisans qui, eux, sont loin, bien loin, d’être animés par des buts socialistes ni même véritablement sociaux !!! Car enfin, il suffit de voir à quel point la quasi-totalité des volitions – dont beaucoup sont exprimées de manière catégorique voire dictatoriale – mais n’ont pour fondement de leurs motivations plus ou moins masquées qu’une haine de leur voisin (il est un peu plus « nanti ») ; ou bien parce qu’il est partisan de cette sagesse millénaire (donc opposé à l’anarchie) ; ou, « pire », il est opposé au « tout-État » (donc passible des goulags à venir...). Mais, sous un paravent rosi, ils sont les ennemis de tout changement positif, car ils sont opposés  à tout changement  qui exigerait un effort d’adaptation, intellectuelle ou pratique. Ainsi, un simple exemple vous le démontrera : ils manifestent pour continuer à fabriquer des objets dont plus personne ne veut, mais, tout en protestant contre le chômage, ils continuent à manifester en faveur de l’accueil illimité d’une main-d’œuvre prête à occuper leurs jobs pour des salaires moins élevés – et non générateurs de cotisations sociales.

Socialistes ou sympathisants, ils sont supposés l’être- du moins le prétendent-ils, tout comme ils affirment être « pour le progrès social », alors qu’en réalité ils ne sont que saoulés par le mot « égalité » - terme qui, privé de toute précision, de tout complément, devient le plus faux et le plus mensonger donc le plus dangereux de tous les slogans ; car tronqué, vidé de tout contenu par cette terrible lacune, par ce manquement voulu ou bêtement accepté, cette absence de précision en fait un colossal attrape-nigauds sans la moindre signification réelle : « Je veux manger ! Mais quoi ? Mais qui ?... « Je veux être l’égal de tous ! » Stupide !!! En quoi pourrais-je être l’égal d’un champion de sumo ??? Et vous, chère lectrice, prétendrez –vous vouloir être l’égale d’une nonne ou d’une prostituée ???

En fait, pour être valable, cette revendication doit être précisée : comme la Déclaration universelle des droits des humains (Human rights, not men’s rights !!!) elle doit être complétée par son objectif réel : l’égalité des droits !!! Mais alors, elle ne devient plus cette bouillie, cette cacophonie imprécise et donc mensongère. Un seul exemple : le prétendu « droit à l’enfant » n’est qu’une monstrueuse usurpation du droit de l’enfant : son droit à vivre normalement dans une famille normale, composée très naturellement d’un père et d’une mère normaux...

Car le droit aux droits doit être mérité, sinon c’est un ABUS DE DROIT ! – la porte ouverte au non-droit, au « droit du plus fort, du plus gueulard, du plus manifestant... Au nom de quelle équivalence prétendue, aurez-vous, Monsieur, le droit de violer une femme au mépris de son droit à dire que vous ne lui plaisez pas ? Ou oserez-vous prétendre que votre droit à ses biens vous donne le droit de les voler ???

Non ! Le « droit aux droits » est un leurre,  le prétexte de toute anarchie ! Le droit au démérite n’existe pas !!!

Le socialisme (non  la fringale des envieux) est supposé établir une justice sociale, non une loi de la jungle en robe rose, ni un ramassis de fourmis rouges ; or, détruire la société est bien le but –non socialiste –de qui veut, dans les vagues du flot que vous savez, détruire toute famille normale, toute éducation, toute cité organisée, toute amélioration sociale, car démolir n’est pas progresser : tout comme démolir des églises ou des mosquées ou autres temples ; incendier des écoles ou des bibliothèques, attaquer des pompiers, ne saurait être considéré comme un « simple fait divers » (citation !!!)... Non ! Sans être socialiste, je prétends être un citoyen normal, qui ne confond pas changement avec progrès (du reste, progrès vers quoi ??) ; je ne confonds pas non plus bien social avec anarchie, ni amélioration avec « table rase »... Car il ne peut y avoir de réelle amélioration sociale dans le désordre ni  dans l’anarchie.

C’est pour cette raison qu’il faut aujourd’hui crier, en paraphrasant une chanson célèbre, et répéter : « François, réveille-toi ! Ils se révèlent fous !!!! »