vendredi 15 février 2013

Crise, rigueur, austérité : c’est pas gagné pour Hollande



L
a révision des perspectives économiques et budgétaires de la France crée un casse-tête économique et politique pour le gouvernement de François Hollande. Il va lui falloir faire des économies, donner dans la rigueur budgétaire –voire l’austérité- tout en continuant de faire croire au contraire. On est très loin des promesses de campagne et comme le disait Martine Aubry au « Journal Du Dimanche », le 30 avril 2011 : « Arrêtez de dire qu’il travaille. François n’a jamais travaillé. Il ne fout rien. » (voirLe Gaulois)

Le gouvernement devra non seulement revoir ses prévisions 2013 mais aussi l'ensemble de la trajectoire budgétaire du quinquennat, tout en apportant des preuves de son engagement à mener des réformes structurelles pour redresser les finances publiques et l'économie française malgré l'environnement déprimé. On est très loin des promesses de campagne.

La satisfaction exprimée par l'aile gauche du Parti socialiste à l'annonce mercredi du renoncement à l'objectif de déficits publics ramenés à 3% du PIB fin 2013 pourrait se changer en colère contre les mesures que la France devra annoncer pour contenter les Européens et les marchés financiers.

Ces derniers n'ont pas sanctionné la France, dont les taux d'emprunt évoluaient jeudi en strict parallèle avec les taux allemands pour la dette de référence à dix ans, signe que l'abandon de cet objectif, anticipé par les économistes depuis des mois, était devenu un secret de Polichinelle.

Pour sa part, dans son rapport annuel, la Cour des comptes a estimé qu'il y avait peu de chances de parvenir à 3% de déficit du PIB mais qu'il était possible de tenir les objectifs structurels, qui évacuent l'impact de la conjoncture. À condition de tenir strictement les objectifs de dépenses publiques, ce qui est loin d'être assuré pour l'instant.

Elle a par ailleurs indiqué que la stabilisation d'une partie des dépenses publiques prévues cette année "n'est pas complètement étayée et rendra nécessaire de nouvelles économies".

La Cour a spécifiquement mentionné l'assurance maladie et les dépenses d'indemnisation chômage, dont elle trouve les projections trop optimistes au vu de la "forte dégradation" redoutée de l'emploi.

Francois Hollande risque donc d'être confronté à un fort tangage dans sa majorité, dont une partie juge déjà que son gouvernement fait la part trop belle à une rigueur qui paraîtra douce par rapport à ce qui s'annonce.

En outre, les collectivités locales, très majoritairement dirigées par des exécutifs socialistes, pourraient se cabrer devant l'effort demandé et certains syndicats, dont la CGT et FO, s'apprêtent à mobiliser contre les projets gouvernementaux.

Thierry Lepaon, qui succédera en mars au secrétaire général de la CGT Bernard Thibault, a ainsi accusé François Hollande de "s'inscrire dans la suite" de son prédécesseur UMP Nicolas Sarkozy.
Avec AFP