mardi 19 février 2013

Colmar : un joyau dans son écrin



C
ette ville médiévale, typique de l’Alsace, est très homogène avec ses centaines de maisons à pan de bois qui en font tout son charme. Elle fut choisi comme chef-lieu du Haut-Rhin à la Révolution parce que Mulhouse, bien que plus importante, n’était pas encore française à cette époque. Elle offre toute l’année un panaché d’animations pour tous.¢


Outre la vieille ville et les collines couvertes de vignoble, le visiteur est également attiré par le musée d’Unterlinden et son célèbre retable d’Issenheim, ainsi que par le marché de Noël, héritage de la tradition germanique, qui se tient depuis le haut Moyen Âge.
La technique des maisons à pan de bois était généralisée au Moyen Âge.
En Alsace, le bois utilisé est le sapin des Vosges. On coupe le bois en décembre lorsque la lune descend, pour que la sève soit au plus bas dans l’arbre. Dans le droit germain, la maison était un bien mobile et le colombage pouvait être déplacé. Ces maisons étaient crépies jusque dans les années 60, pour diminuer les risques d’incendies. Les façades ont été peintes à partir de l’occupation allemande en 1871, grâce aux pigments artificiels de couleur venant d’outre-Rhin. Elles n’ont pas souffert d’incendie ni subit de bombardements durant les deux Guerres mondiales.
Jean-Jacques Waltz
dit "Hansi"
1873-1951

E Il fut un admirable dessinateur, illustrateur et caricaturiste qui nous a laissé un immense patrimoine culturel et artistique. Sa "production" très féconde lui a permis de toucher toutes les formes d'expression picturales : livres, affiches, ex-libris, cartes postales, étiquettes commerciales, menus, programmes, vaisselle, vitraux,... et enseignes commerciales. Je vous invite à découvrir à Colmar ses plus belles œuvres.

Les enseignes de Hansi, chantre de l’Alsace folklorique, parsèment la ville et constituent un spectacle à part entière. L’une montre un bretzel, qui à l’origine, était fabriqué pour présenter les vœux à la nouvelle année. Deux églises gothiques dominent la ville, la Collégiale Saint-Martin et l’église des Dominicains.
L’une des grandes figures de Colmar est le général Rapp, qui a sauvé la vie de l’empereur lors d’un attentat à Vienne.
Le musée Bartholdi est installé dans la maison natale du sculpteur. Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904), à l’origine de l’une des œuvres les plus célèbres du monde, la Liberté éclairant le monde devant le port de New-York, est pourtant toujours relativement méconnu. Maquettes, terres-cuites, peintures et plans permettent de découvrir son œuvre, de la statue du général Rapp au Lion de Belfort, création patriotique qui illustre sa vie au service de l’art et de la liberté. Un étage est consacré à la Liberté, à l’origine conçue pour le canal de Suez, avec une figure d’Isis maçonnique. Son dernier appartement parisien a été reconstitué, avec le Salon de musique.

DES JOYAUX DU PATRIMOINE

Le Koïfhus
Au cœur de la ville se trouve le Koïfhus (ancienne Douane), centre de l’activité économique du Vieux Colmar.
Le quartier de la petite Venise était traversé par les maraichers qui se rendaient dans leur barque à font plat au marché couvert, construit en 1863 avec une charpente métallique caractéristique du Second Empire.
Le quartier des Tanneurs, accolé aux remparts, a été sauvé in-extremis par la loi Malraux sur les secteurs sauvegardés.
La capitale des vins d’Alsace abrite encore une exploitation en activité dans le quartier des fermes, le Domaine familial Karcher dont les vignes sont idéalement situées sur le terroir de la Harth de Colmar, au sol de graves et au climat chaud et sec en été. Dans la cave de 1602, le vin de terroir, vendanges tardives ou crémant, mûrit encore dans des tonneaux de bois.¢
François Rousseau pour Patrimoine de France

Une enseigne de Hansi