lundi 21 janvier 2013

Une guerre chasse l'autre – par Alain Potrat

Notre nouveau président, tout comme son prédécesseur s'avère donc être lui aussi un va-t’en guerre, signe que la plus haute fonction au sommet de l'état donne le vertige, gonfle le cerveau et transforme nos énarques de salon en preux chevaliers, en croisés belliqueux désireux de montrer au reste du monde de quel bois la France se chauffe dès lors que l'on touche aux droits de l'homme, surtout lorsqu'ils ne sont pas Français.
Après le Kosovo,  l'Afghanistan, c'est donc le Mali qui va devenir le nouveau théâtre d'opérations pour notre armée, un nouveau bourbier dans lequel nous allons nous enliser, puisque dans son discours de déclaration de guerre, François Hollande a indiqué que la France serait présente dans ce pays aussi longtemps que nécessaire, ce qui, compte tenu de la nature du conflit, signifie que nous serons sur place pour une durée indéterminée, mais très certainement longue, pour ne pas dire « ad vitam aeternam ».

Il avait pourtant semblé convenu que si intervention militaire il devait y avoir, celle-ci serait menée et orchestrée par une armée composée uniquement de soldats de pays Africains, sous l'égide de l'ONU, afin que cette présence militaire  ne soit pas considérée comme une ingérence occidentale, une forme de colonisation et par voie de conséquence, une repentance et une auto-flagellation à venir.

François Hollande comme Nicolas Sarkozy aura donc décidé d'entraîner notre pays dans  cette nouvelle aventure guerrière, en faisant cavalier seul et contre toute concertation avec les partenaires Européens curieusement non concernés par cette intervention, mais avec cependant la bénédiction et la complicité de l'UMP, JF.Copé et F.Fillon, les duettistes de l'opposition timorée s'étant associés à cette initiative aussi hasardeuse que critiquable, croyant sans doute naïvement que la seule annonce de notre déploiement de force suffise à mettre en déroute l'armée de rebelles islamistes, les mêmes qui il y a quelques semaines encore, soutenus et encouragés par notre ex-président et une grande majorité de la classe politique, écumaient la Libye en semant la terreur avec les armes généreusement offertes par la France pour renverser le Colonel et qui vont donc servir à présent à tuer nos ressortissants.

Sans doute que François Hollande qui ne rate pas une occasion de nous dire qu'il doit gouverner avec le fardeau qu'est « l'héritage » de son prédécesseur, doit avoir également hérité de l'ineffable BHL, notre Rambo de boudoir avec son treillis haute couture, ses rangers en croco et son armure de chevalier blanc, recruté comme conseillé spécial pour ses qualités incontestables dans les questions d'ingérence suicidaire, et qui aura su habilement  convaincre le président de la nécessité d'intervenir au Mali en proie au chaos et à la menace djihadiste, celle que nous combattons d'une main qui se voudrait de fer mais que nous caressons de l'autre, celle de velours.

Si la réelle motivation du président Français est la lutte contre l'intégrisme islamiste, alors comment se fait-il que nos troupes ne soient pas déployées sur le territoire national qui dénombre plus de 2000 mosquées qui sont autant de casernes, d'arsenaux, de camps d'entrainement à la lutte armée, chaque musulman qui s'y engouffre étant susceptible de devenir un combattant en puissance, donc une menace pour notre intégrité sur notre sol.

À moins bien sûr que la raison officielle ne soit toute autre et motivée par la seule volonté de faire diversion sur les difficultés à assumer son rôle de président hors de portée en dehors des discours électoraux, et contrer une baisse de popularité de son action et de celle de son gouvernement après six mois de gestion du pouvoir, une guerre menée contre le terrorisme étant sans doute, surtout avec l'aide des médias  dociles et complices, considérée comme un acte fort, digne d'un stratège éclairé, volontariste, courageux et donc gage de reprise de confiance par le peuple envers son commandant en chef.

En tout cas, François Hollande doit avoir quelques problèmes de surdité sélective, car si il a entendu parfaitement l'appel à l'aide du président Malien pour l'aider à contrer et repousser la menace islamiste, il reste par contre particulièrement sourd aux mêmes appels venant de ses concitoyens qui subissent la même menace dans l'hexagone, mais dont les cris se perdent dans le désert et ne reçoivent pas d'écho favorable. C'est sans doute une question de « priorité » qui explique cette discrimination auditive... D'où la question que l'on peut se poser : notre président est-il vraiment l'homme de la situation.... !!

Contact E-Mail : alain.potrat@gmail.com