vendredi 25 janvier 2013

La Fête Nationale de Jeanne d'Arc votée grâce à Léon Daudet et Maurice Barrès

Le 10 juillet 1920, sur proposition de Maurice Barrès, la "Chambre bleu horizon" (dont faisait partie Léon Daudet, comme député de Paris, XVIème arrondissement, IIIème secteur) vota la Loi instituant la Fête nationale de Jeanne d'Arc, ainsi rédigée :
« Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, le président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :
- Art. 1er - La République française célèbre annuellement la fête de Jeanne d'Arc fête du patriotisme.
- Art. 2 - Cette fête a lieu le deuxième dimanche de mai, jour anniversaire  de la délivrance d'Orléans.
- Art. 3 - Il sera élevé en l'honneur de Jeanne d'Arc sur la place de Rouen, où elle a été  brûlée vive, un monument avec cette inscription : "A Jeanne d'Arc, le peuple français reconnaissant.


Léon Daudet
1867-1942

Fils d’Alphonse Daudet. Écrivain, journaliste et homme politique français. Monarchiste et nationaliste clérical, député de Paris de 1919 à 1924, il fut l'une des principales figures politiques de l'Action Française et l'un des collaborateurs les plus connus du journal du mouvement. Écrivain engagé et prolifique, la bibliographie de ses œuvres est énorme. Il reste aujourd'hui son œuvre de mémorialiste, six volumes de « choses vues » de 1880 à 1921, « prodigieux Souvenirs », comme disait Marcel Proust qui ajoutait : « Les ressemblances entre Saint-Simon et Léon Daudet sont nombreuses : La plus profonde me semble l'alternance, et l'égale réussite, des portraits magnifiquement atroces et des portraits doux, vénérants, nobles. »
La présente loi, délibérée et adoptée par le Sénat et la Chambre des députés, sera exécutée comme loi de l'État.

Fait à Rambouillet, le 19 juillet 1920, par le président de la République Paul Deschanel, le ministre de l'Intérieur, T. Steeg, le garde des Sceaux, misistre de la Justice, président du Conseil par intérim, G. Lhopiteau. »

Pour appuyer son projet de loi, Maurice Barrès expliqua ainsi le rôle de "réunion nationale" que joue Jeanne d'Arc :

« Chacun de nous peut personnifier en elle son idéal. Êtes-vous catholique ? C'est une martyre et une sainte que l'Église vient de mettre sur les autels. Êtes-vous royaliste ? C'est l'héroïne qui a fait consacrer le fils de saint Louis par le sacrement gallican de Reims... Pour les républicains c'est l'enfant du peuple qui dépasse en magnanimité toutes les grandeurs établies... Enfin les socialistes ne peuvent oublier qu'elle disait :"J'ai été envoyée pour la consolation des pauvres et des malheureux. Ainsi tous les partis peuvent se réclamer de Jeanne d'Arc.  Mais elle les dépasse tous. Nul ne peut la confisquer.»
Lu sur le site Ami LE CAFÉ-PHILO DE DROITE