jeudi 31 janvier 2013

Copé-Fillon : mine de rien, la bagarre continue

L
es deux « ex »-ennemis de l'UMP Jean François Copé et François Fillon se sont montrés unis tour à tour mercredi soir à la tribune de l'Assemblée nationale pour dénoncer le projet de mariage gay du gouvernement. Une unité réelle contre la politique de François Hollande mais qui masque mal cependant le profond antagonisme qui sépare toujours les deux hommes, et ce malgré leur réconciliation officielle fin décembre.
Pour dénoncer le mariage pour tous, Jean François Copé et François Fillon sont unanimes. Mais le rapprochement entre l'actuel patron de l'UMP et l'ancien Premier ministre s'arrête ici. Officiellement réconciliés après la terrible bataille de la fin 2012, ils poursuivent bel et bien en coulisse leur bras de fer en vue de la primaire de 2016 et la présidentielle de 2017. Un affrontement aujourd'hui feutré mais toujours virulent. Tous deux empruntés par leur duel fratricide, ils tentent aujourd'hui de corriger leur image en adoptant chacun leur propre stratégie.

François Fillon souhaite ainsi désormais un « dialogue direct » avec les Français  afin de construire un projet de « rassemblement et de redressement ». Jean-François Copé a, en revanche, opté pour un retour aux meetings militants, afin de mieux incarner le rôle du premier opposant à François Hollande, sans renier toutefois sa ligne politique qu’il qualifie de « droite décomplexée ».  De quoi faire rager les fillonistes qui lui demandent des « preuves d'unité » tout en préparant la bataille de Paris.
François Fillon devrait sauf surprise renoncer à concourir aux municipales de 2014 et soutenir la candidature de Nathalie Koscisko Morizet de manière également à torpiller celle de Rachida Dati... copéiste et ennemie jurée de l'ancien premier ministre.
Avec Reuters