mardi 29 janvier 2013

Assemblée : guerre des amendements sur le mariage gay

Les députés engagent aujourd’hui l'examen du projet de loi sur le mariage et l'adoption par les couples homosexuels, la réforme sociétale la plus importante en France depuis l'abolition de la peine de mort en 1981.
Ce projet de loi est vivement combattu par l'opposition et  l’ensemble des cultes qui avait mobilisé plus de 1,3 million personnes, le 13 janvier dernier à Paris.
De leur côté, les partisans du mariage homosexuel leur ont répondu dimanche dans les rues de la capitale en faisant défiler environ 125.000 personnes en faveur de cette réforme qui devrait, selon l’annonce anticipée du « gouvernement » être votée par le Parlement.

Mais l’UMP, qui voit dans ce dossier une occasion de se requinquer après la guerre entre François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence de l'UMP, entend jouer toutes les cartes à sa disposition dans l'hémicycle.

« Notre mobilisation sera importante. Nous souhaitons un débat serein mais nous défendrons toutes les procédures », a déclaré Christian Jacob, le président du groupe UMP.

À noter toutefois quelques défections comme celles de Franck Riester et Benoist Apparu à l'UMP ainsi que des centristes Jean-Louis Borloo, président du groupe UDI et Jean-Christophe Lagarde, porte-parole de ce même groupe.

Sur les 5.367 amendements déposés lundi, la quasi-totalité émanent des rangs de l'opposition et, hormis celui qui propose de créer une "alliance civile" plutôt que le mariage homosexuel, la plupart visent à supprimer un par un les alinéas du texte.

Si le nombre d'amendements est imposant, il est loin cependant de battre des records : 137.665 en septembre 2006 lors de l'examen du texte sur l'énergie, 14.888 en janvier 2005 sur la réforme de La Poste, 12.805 en février 2003 pour la réforme des modes de scrutins aux élections locales, 11.153 en juillet 2003 pour la réforme des retraites.
Avec Reuters