vendredi 7 décembre 2012

Steeve Briois : «Le militant UMP Debré doit démissionner»


Communiqué de Presse de Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National
Les motifs invoqués par le Conseil Constitutionnel pour rejeter le recours de Steeve Briois en annulation de l’élection législative opposant Marine Le Pen à Philippe Kemel sont proprement scandaleux et iniques, jetant le discrédit tant sur l’institution que sur ses membres.
En refusant de voir dans les méthodes de campagne de Philippe Kemel et de ses alliés des manœuvres clairement de nature à altérer la sincérité du scrutin, les sages prouvent qu’ils sont des politiques avant d’être des juristes, allant à l’encontre de toute la jurisprudence en la matière.


Steeve Briois, Secrétaire général du Front National et suppléant de Marine Le Pen lors de cette élection législative, met le militant UMP Jean-Louis Debré face à ses responsabilités.

En prenant parti de manière évidente pour le candidat socialiste quitte à nier l’évidence, celui qui est pourtant le fils de l’un des pères de la Vème République prend le risque de transformer la juridiction suprême de notre pays en succursale des arrangements de l’UMP et du PS. Il est donc à présent indigne de sa fonction et doit en tirer les conséquences.

Rajoutons que la composition éminemment partisane de cette institution pose de réels soucis d’objectivité et de neutralité : entre Pierre Steinmetz, Hubert Haenel et Jacques Barrot, le Conseil Constitutionnel est devenu un haut lieu du pantouflage des cadres en fin course de l’UMP, plus que majoritaire dans cette institution sur laquelle la mainmise de la précédente majorité gouvernementale est incontestable.

Par ailleurs, l’ingérence manifeste du Président socialiste de l’Assemblée Nationale Claude Bartolone dans les derniers jours de délibération, et la coïncidence trouble de sa venue dans la 11ème circonscription permettent de discuter réellement de la sincérité et de l’impartialité de cette décision politique.