jeudi 13 décembre 2012

Prime de Noël : les mahométans vont-ils la refuser ?


La prime de Noël, aide exceptionnelle créée par Jospin et versée aux plus démunis en fin d'année a été pérennisée dans le budget 2013. Cette année, elle atteindra 152,45 euros pour une personne seule, a indiqué jeudi le ministère en charge de la lutte contre l'exclusion, dans un communiqué.
A l’heure ou nombre de mahométans font du chantage pour que soient retirés les sapins de nos écoles et places publiques, à l’heure où ils font pression pour que soient supprimés les menus « non halal » des restaurants scolaires, auront-ils la décence et le bon-sens de refuser une allocation liée à une fête religieuse de « mécréants » ? Il est permis d’en douter : l’argent des dhimmis n’a pas d’odeur.


Le financement de la prime de Noël, accordée aux bénéficiaires de minima sociaux - RSA, allocation spécifique de solidarité retraite (ASS), allocation équivalent retraite (AER) et allocation transitoire de solidarité (ATS) - est désormais assuré via une hausse des prélèvement sociaux sur le capital.

Son montant est fixé à 152,45 euros pour une personne seule (228,67 euros pour un couple). Il augmente en fonction du nombre des enfants à charge (par exemple 442,10 euros pour un couple avec 4 enfants).

"Le RSA ayant été étendu au département de Mayotte le 1er janvier 2012, les allocataires du RSA socle et socle majoré (pour les parents isolés, ndlr) de ce département bénéficieront aussi cette année d'une prime de Noël, modulée selon un barème spécifique", souligne la ministre Marie-Arlette Carlotti, citée dans le communiqué.

La prime de Noël avait été attribuée pour la première fois en 1998 par le gouvernement Jospin sous la pression de mouvements de chômeurs, qui réclament depuis des années qu'elle soit sensiblement augmentée et que le champ de ses bénéficiaires soit élargi.
Avec AFP