mercredi 5 décembre 2012

Mali : Aqmi menace la France et les États africains


Le dirigeant d'Aqmi, l'Algérien Abdelmalek Droukdel, se fait une nouvelle fois menaçant envers la France et les États africains.
Alors que son mouvement terroriste se divise, comme l'indique l'éviction récente de Moktar Belmoktar, et que la France est toujours en pointe pour mettre en place une force internationale au nord du Mali, visant les groupes extrémistes comme le Mujao et Aqmi. L’émir d'al-Qaïda au Maghreb islamique, habituellement discret, se fait menaçant dans une vidéo.


Avec en fond un extrait du Coran, le titre de cette vidéo s'inscrit en « bleu blanc rouge » : « l'invasion du Mali : une guerre française par procuration ». L'émir d'Aqmi, Abdelmalek Droukdel, apparait ensuite. Sa longue barbe noire, son cheich et sa veste militaire kaki lui donne l'apparence recherchée : celle d'un chef de guerre.

Pendant 26 minutes, Droukdel, qui lit discrètement un texte, multiplie les attaques contre la France et François Hollande. « Il est plus dangereux que Sarkozy, il tombe dans une contradiction flagrante en préparant la guerre et en creusant les tombes des Français. S'il avait parmi les otages certains proches, il ne mettrait pas leur vies en danger ».

Droukdel menace aussi les présidents africains « si vous voulez la guerre, le Sahara sera un grand cimetière pour vos soldats ». Le numéro un d'Aqmi s'adresse ensuite directement aux Maliens en leur demandant d'épouser les idées du groupe Ansar Dine, d'imposer la charia même dans la partie sud du Mali.

Une déclaration qui montre à quel point son groupe est lié à celui du Malien Iyad Ag Ghali, pourtant présenté comme fréquentable notamment par la médiation burkinabè et l'Algérie.

Droukdel termine son long discours de propagande en diffusant des témoignages de familles de militaire français morts en Afghanistan et affirme menaçant : « Nous avons une grande expérience, le conflit peut durer, nous sommes des combattants ».
Avec RFI