mardi 11 décembre 2012

Le vice caché de l’UMP - par Paul-Marie Coûteaux


« Ça ne marchera pas » disait Philippe Séguin à qui s’étonnait qu’il n’adhérât jamais à l’UMP.
Pour lui, comme pour beaucoup d’"anciens" du RPR (dont l’auteur de ces lignes), le mécano construit en 2002 pour réunir divers mouvements centristes, et les agréger au parti censé faire survivre le gaullisme, n’était pas viable pour plusieurs raisons : d’abord il lui paraissait impossible de faire cohabiter dans un même parti des "sensibilités" opposées sur l’essentiel (primat de la Nation, périmètre de l’État, politique étrangère, etc.), ni par conséquent de donner au "grand parti" un véritable programme, ni même d’y mener ne serait-ce qu’un embryon de travail intellectuel...


Ensuite, cette fusion ne pouvait qu’accoucher d’un vaste centre qui, absorbant centre droit et centre gauche, s’interdisait ipso facto tout partenaire au second tour. Il ne fut donc guère étonnant que cette « machine à gagner », si elle remporta les présidentielles et législatives de mai et juin 2007 grâce au double, triple ou quadruple langage que parvint à tenir le sémillant Sarkozy (avec les heureux résultats que l’on vit) finisse par perdre toutes les élections qui suivirent, y compris le Sénat, tour de force dans un pays qui, le premier tour d’avril dernier l’a encore montré, est à 55% à droite. Panne intellectuelle, anémie programmatique, absence de réserve au second tour : ces vices ne pouvaient de toutes façons que transformer la "machine à gagner " en cette triste "Machine à Perdre" qui se disloque sous nos yeux.

On voit que l’affaire dépasse de beaucoup la querelle de personnes, d’autant que, aux vices apparents s’ajouta peu à peu un vice caché : tout partenaire immédiat ayant disparu, il ne restait plus que le FN. La succession des défaites fit lentement germer dans l’esprit de nombre de militants et élus UMP une idée que la rénovation de Marine Le Pen, les 18% qu’elle obtint en avril et la coalition autour d’elle de nouveaux venus (du MPF de Philippe de Villiers, du DLR de Nicolas Dupond Aignan, et de premiers transfuges UMP) ne cessèrent de conforter.

Dès le début de l’été, on se mit à murmurer que l’Élysée comme les Assemblées (nationales, régionales ou locales) n’auraient pas été perdues si, sortant du vieux "piège de Mitterrand", la droite avait su comme la gauche s’afficher "plurielle", qu’il n’y avait nulle majorité possible sans l’union de toutes les droites, etc. Or, celle-ci est insupportable aux ténors de l’état-major -les uns sincèrement, les autres pour la galerie, la plupart craignant par pure mondanité médiatique de manier des thèmes (sécurité, respect des frontières et autres percées dites droitières) dont ils savent bien que, une fois parti un Sarkozy qui savait ne les manier qu’avec leurs contraires, ils ne pouvaient pas ne pas les rapprocher très près de Marine Le Pen.

L’opposition entre le sommet et la base couvait sous les artifices de M. Sarkozy et la totale absence de démocratie dans le parti. Patatras !, l’élection du Président offrit la dangereuse occasion de la mettre au grand jour : la performance d’un Copé qui, un pain au chocolat entre les dents, surfa en subliminal sur la vague unioniste (tout en niant à Paris qu’il le faisait, mais nul n’était dupe), le succès des motions les plus droitières, le faible écart des voix, et l’âpreté du conflit qui suivit (aisément explicable par l’énormité de l’enjeu, la disposition de la manne publique et surtout l’esquisse d’un tout nouveau paysage politique) ont brutalement révélé le pot aux roses : la « droite décomplexée » est en réalité complexée par Marine Le Pen.

PAYSAGE APRÈS LA PLUIE

La suite est aisée à prévoir : les "porosités" entre FN et UMP, que pointent déjà plusieurs signes (tel l’afflux d’ ex-UMP au FN et au SIEL), se multiplient au point que la partie de la forteresse restée aux mains de M. Copé n’a pas d’autre perspective que de s’installer sur le terrain de Mme le Pen et d’expérimenter tôt ou tard des alliances avec ce "RBM" (Rassemblement Bleu Marine) qu’elle met simultanément en place -la chose est même devenue irréversible quand M. Fillon créa son groupe parlementaire.

Reste une question : le RBM saura-t-il nouer, avec ce morceau droitier de l’UMP qui pourrait être après tout un concurrent, une alliance assez solide pour fixer ce "pôle national et populaire à vocation majoritaire" (d’autant majoritaire qu’il pourrait aussi capter un électorat populaire de gauche déçu par l’actuel gouvernement) qu’appelle de ses voeux Marine Le Pen – et tant de Français ? La pièce a beaucoup de spectateurs ; il faudrait qu’elle ait aussi beaucoup d’acteurs…

Paul-Marie Coûteaux
Président de Souveraineté, Indépendance et Libertés - S.I.E.L.
Administrateur du Rassemblement Bleu Marine – RBM
(posté par Marino)