vendredi 21 décembre 2012

Islamistes ou mahométans ? par Le Crieur du Cœur


Un retour, même bref, à des formes anciennes de notre langage, éclaircit étonnamment l’ampleur des dérives du mensongèrement correct qui a perverti – coupable contagion - les tréfonds de la pensée moderne. Car peut-on oublier l’origine du terme « islam » ? Il signifie « soumission » à la volonté d’Allah, Mahomet ayant été son prophète, son porte-parole.
Mais aujourd’hui, diverses interprétations du texte du Coran, sunnite, chiite, salafiste, en ont rendu toute exégèse hasardeuse pour tout profane. Mais la stupide « imitatophilie » des stipendiés de tous les médias a amené à la création de termes pour le moins confus ; et le terme « islamophobie », par sa triple fausseté, est en fait un terme que l’on pourrait qualifier de « raciste » !!!


D’abord, parce qu’il est employé pour désigner un ensemble de nations et non de tendances religieuses ; ensuite, parce que le suffixe « phobie » désigne une peur irraisonnée et non une aversion philosophique, éventuellement anticléricale; et de surcroît, parce qu’il sème une confusion avec les autres croyants qui ont, comme les catholiques, mis de côté depuis quelques siècles les errements abusifs de type inquisitoriaux, pourtant différenciés d’avec la masse des pratiquants non intégristes.

Malheureusement, les Français qui, ivres de mots, n’en rejettent pas moins tout néologisme sérieux dans leurs expressions courantes, n’aimeront probablement pas faire la distinction entre un mot qui désigne des extrémistes (les islamistes), et un mot qui devrait aider à faire la différence, le mot « musulmophobe » qui lui, engloberait sans distinction tous les adeptes de cette religion. Et je rappelle ici, une fois de plus, que le seul terme qui, en français correct, désignerait une haine globale envers tous les Arabes, est le terme « antisémite » (haine envers tous les fils de Sem...).

Amalgame ? Et pourquoi pas ??? Dans un monde « moderne » qui semble vouloir se précipiter de plus en plus vite, de plus en plus aveuglément, vers une « lutte finale » et surtout définitive (comparez avec les magnifiques photos de la belle planète morte, Mars).

Oui, amalgame, car la stupide ouverture de toutes les portes à n’importe quel passant ou arrivant a mélangé de plus en plus intimement  toutes les sympathies avec toutes les réticences et tous les dangers avec tous les avantages, en une mixture devenue délétère mais « politiquement correcte » - sans que nul ne se demande « mais en quoi est-ce correct » et surtout en vertu de quelle politique !!!

C’est ce que, une fois de plus, s’efforce de rappeler Le Crieur du Cœur.