vendredi 28 décembre 2012

Florange: lettre ouverte du leader CFDT Édouard Martin à Hollande


Pas contente, la CFDT. Dans une lettre ouverte adressée jeudi à François Hollande, à qui il demande de ne « pas laisser les salariés être sacrifiés », son leader de l'usine ArcelorMittal de Florange (Moselle), Édouard Martin, pointe les « mensonges, absurdités et vérités » à propos de l'aciérie lorraine.
« On fait payer Florange. Ça fera du bruit, mais ça se fera quand même, pense Mittal. Dans notre système français, seul le gouvernement peut l'empêcher. Le gouvernement laissera-t-il faire? », interroge Édouard Martin dans sa lettre, publiée jeudi soir sur le site Internet du quotidien Le Républicain lorrain.
« Monsieur le Président, après vos promesses, nous laisserez-vous être sacrifiés sans comprendre et arrêter cette mécanique à nous broyer? », poursuit-il.


Le responsable CFDT conteste notamment l'accord conclu fin novembre entre le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le numéro un mondial de l'acier.

« Il n'y aura pas de plan social parce que la pyramide des âges de l'usine conduira au départ naturel de plus de 600 personnes en trois ans. Dès lors, faire un plan social coûterait plus cher à Mittal qui devrait payer les indemnités de licenciement », estime M. Martin. « Ne pas avoir de plan social est une bonne chose, mais ce n'est pas une victoire », souligne-t-il.

L'engagement de Mittal à investir 180 millions d'euros sur le site mosellan est également critiqué, car « ce montant contient les dépenses opérationnelles et de maintenance: ce qui reste pour les investissements stratégiques est insuffisant », estime le syndicaliste.

« Même la maintenance n'est plus faite correctement, les dépenses ont été divisées par deux depuis 2008 et Florange, comme Gandrange naguère et la plupart des usines de Mittal, est une usine qui se dégrade à vue d'œil », écrit-il au président de la République.

La fermeture des hauts fourneaux P3 et P6, les derniers de Lorraine, est dénoncée par M. Martin, qui observe que le projet de captation de CO2 Ulcos, conditionné à un accord de financement par l'Union européenne, « n'a de sens que sur des hauts fourneaux pérennes ».

« La vérité c'est que l'usine de Florange est compétitive, y compris sa filière chaude, ses hauts fourneaux, son aciérie. Ce n'est pas un slogan syndical. C'est ArcelorMittal qui le dit en 2011, juste avant de nous arrêter les hauts fourneaux », affirme encore le leader CFDT, selon qui Florange est « le deuxième meilleure des cinq usines ArcelorMittal d'Europe du Nord ».
Avec AFP