mercredi 5 décembre 2012

Atrocités islamistes au Yémen (vidéo)


Intitulé « Conflict in Yemen: Abyan’s Darkest Hour », ce document recense les violations des lois de la guerre commises durant le conflit armé entre les forces du gouvernement et Ansar al Charia (« Défenseurs de la loi islamique »), groupe armé islamiste affilié à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA).
En outre, il rend compte des terribles exactions perpétrées dans le gouvernorat d’Abyan et d’autres régions du sud du Yémen pendant la période où le groupe islamiste était au pouvoir, de février 2011 à juin 2012, à savoir des exécutions sommaires, des crucifixions, des amputations et des flagellations en place publique.

Durant la période où il détenait le pouvoir dans ces régions, « Ansar al Charia » s’est rendu responsable d’atteintes aux droits humains généralisées et choquantes, notamment par l’intermédiaire de « tribunaux religieux », partie intégrante de la structure de gouvernance mise en place. Ces sanctions cruelles, inhumaines et dégradantes – exécutions sommaires, amputations et flagellations notamment – étaient fréquemment prononcées contre des criminels présumés, des « espions » travaillant contre « Ansar al Charia » et des personnes qui transgressaient les normes culturelles.

D’après des informations qu’Amnesty International a pu confirmer, « Ansar al Charia » a condamné au moins une personne soupçonnée de vol à l’amputation. … Les habitants ont affirmé à Amnesty International que la main amputée avait été suspendue à une corde sur la place du marché, pour que tout le monde puisse la voir.

Les droits des femmes et des filles en particulier ont été piétinés et des codes vestimentaires très rigoureux imposés, ainsi qu’une séparation stricte des hommes et des femmes, et des restrictions sur le lieu de travail et à l’école.

L’armée yéménite a employé des armes conçues pour des champs de bataille, telles que l’artillerie, contre des zones d’habitation civiles. En outre, lors de certaines offensives, les troupes gouvernementales n’auraient pas pris les précautions nécessaires en vue d’épargner les civils.

"Religion d'amour et de paix"...

video