mercredi 21 novembre 2012

L’affaire Petraeus – par Yves-Marie Laulan


Yves-Marie Laulan aux Assises du Bloc Identitaire
Elle commence en farce et finit en tragi-comédie. La farce, c’est cette « romance «  entre un général couvert de médailles et blanchi sous le harnois et une dame de la bonne société américaine de province.
La tragi-comédie, c’est sa démission peu glorieuse de son poste, névralgique, de directeur de la CIA et les répercussions bien fâcheuses de cette sombre histoire sur l’establishment militaire américain. Quelle merveilleuse comédie de boulevard Feydeau en aurait tiré !


Les acteurs sont désormais bien connus. Petraeus est, ou plus exactement était, un héros militaire comme les Américains aiment à s’en doter : svelte, élégant, visage en lame couteau, un vrai général d’Hollywood. Bien que n’ayant jamais commandé de troupes au feu, il a volé de postes prestigieux en commandements stratégiques, Irak, Afghanistan, OTAN avant d’être porté à la tête de la plus grande agence d’espionnage au monde, la fameuse CIA (que l’on retrouve dans tous les mauvais coups depuis 50 ans, Baie de Cochons comprise). En fait, à y regarder de plus près, il semblerait bien qu’il ait été avant tout un général « mondain », fort soucieux de se ménager les relations utiles à sa carrière.

Elle, mariée s’il vous plait, avec deux enfants, est une-femme-de-lettres en herbe, ambitieuse, ayant bénéficié d’une formation militaire à West Point (mais elle avait sans doute, séché les cours d’éthique) puis civile à Harvard. Installée  avec son radiologue de mari (il faut bien vivre) à Charlotteville, North Carolina, petite ville provinciale, elle  devait s’y ennuyer ferme. Son CV ne comporte pas moins de 6 lignes, depuis « féministe », « surfer », « skieuse », « retraitée de l’armée » pour terminer sur une note attendrissante   « Maman ». Il ne lui a manqué que d’avoir été interne à la Maison Blanche, comme Monica Lewinsky. En bref, une héroïne de la série « Desperate Housewives », une de ces innombrables américaines sans emploi dans la société américaine d’aujourd’hui qui débordent d’énergie de frustrations, d’ambitions non réalisées mais qui se croient tout permis. L’analyse de son ordinateur a quand même révélé nombre d’informations relatives aux déplacements et activités du haut commandement militaire américain, sans compter ceux du général Petraeus bien entendu. Là, une ligne rouge a été franchie et l’on sort de la frivolité mondaine.

Le tableau de famille ne serait pas complet sans Jill Kelley, (3 enfants, bien sûr) celle par qui le scandale est arrivé. C’est une sorte de Madame Bovary  à l’américaine. Ici on a affaire à une « socialite » comme on dit aux USA, une dame du beau monde de Tampa, Floride, qui reçoit énormément, de personnalités plus ou moins   connues, dans le domaine militaire tout au moins. On songe ici naturellement au « Great Gastby », le héros du beau roman de Scott Fitzgerald. C’est elle qui a eu l’idée lumineuse d’alerter le FBI, s’il vous plait, après avoir reçu une série de mails jugés menaçants. On croirait assister à un épisode de la saga Treiweiler contre Ségolène Royal.

 En fait, ce ménage de haut vol, vu de plus près, apparaît sous des traits moins sympathiques. Sa Fondation contre le cancer  semble avoir moins financé la recherche que des dîners de grand standing, des réceptions de haut niveau, de luxueux voyages à l’étranger, sans compter de de généreuses  dépenses  de fonctionnement. (Cela rappelle étrangement quelque chose de familier chez nous. Mais quoi ?) Mais  là où le cas semble s’aggraver, est que ce  couple qui recevait tant et si bien du beau monde en uniforme, était endetté jusqu’au cou.

Mais l’affaire se corse avec la mise en cause du général John Allen, ancien responsable  en second du haut commandement central américain à Tampa et qui avait remplacé le général Petraeus en Afghanistan. Les services secrets ont identifié pas moins de de 20 000 à 30 000 mails échangés entre Kelley et ledit général. Apparemment le haut commandement militaire américain dispose de pas mal de loisirs pour l’écriture sentimentale. Du coup, sa nomination, imminente, comme commandant en chef à l’OTAN parait fortement compromis. Quand on vous dit que la femme est la perdition de l’homme.

Mieux encore, l’agent spécial du FBI chargé de l’enquête à ses débuts, l’honorable Frederick Humphries II, a tout fait pour étouffer l’affaire. C’est qu’il avait, lui aussi, une relation spéciale avec Jill Kelly. Décidément, ces quadragénaires américaines sont irrésistibles. O tempora, o mores.

On nage en plein vaudeville.

Là où cela devient moins amusant est la démission surprise de Petraeus. Il était évident qu’il ne pouvait rester à ce poste  de haute responsabilité, mais de vulnérabilité non moins grande,  exposé au quotidien à des risque de chantage qui n’auraient  naturellement pas manqué  de se produire. Mais, du coup , le malheureux président OBAMA se trouve privé de militaires d’expérience  au moment  où il en aurait le plus besoin, avec une actualité géopolitique qui commence à  se charger sérieusement un peu partout dans le monde, en Syrie, en Libye, avec le retrait programmé d’Afghanistan, les menaces au  Liban, à Gaza, avec l’Iran. Sans compter  le remplacement d’Hillary Clinton au Secrétariat d’État et l’imprévisible Chine.

Mais cette triste affaire jette aussi une lueur un peu trouble sur la capacité d’OBAMA de bien choisir ses proches collaborateurs. Et aussi sur les mœurs, valeurs, comportements de certains militaires américains de haut rang, qui semblent plus portés à goûter aux joies de la Dolce Vita de Fellini que de partager sur le terrain la vie  rugueuse de leurs soldats engagés en Afghanistan et en  Irak. Trop de  confort sans doute et manque d’éthique sans nul doute. Ce personnel semble malheureusement faire preuve à l’occasion  d’une certaine fragilité psychologique joint à une certaine naïveté. On a l’impression d’avoir affaire à des teenagers, des ados immature tirés d’American Graffiti. Que le directeur de la CIA se livre à une débauche de mails compromettants  sans  prendre la précaution élémentaire de les encoder peut aussi surprendre. De vrais gamins. Au surplus, ne dit-on pas en français « jamais dans le diocèse » (en allemand : niemals in der Kompanie »).

Ceci, étant, il n’en demeure pas moins que l’establishment militaire américain ne sort pas grandi de cet épisode quelque peu sordide, d’autant plus que bien des questions non résolues se posent encore. Une affaire à suivre donc.