mercredi 14 novembre 2012

Barbizon : berceau des Impressionnistes


"Ils ont des barbes de bisons… les peintres de Barbizon !" Près de Fontainebleau, le village de Barbizon n’était qu’un hameau lorsque débarquèrent, vers 1824, les premiers peintres paysagistes. La diligence s’arrêtait alors à Chailly. Il fallait aller plus loin, à la rencontre des arbres et de la forêt…
Ciel gris ou bleu, rochers, arbres et vastes plaines du Gâtinais, attendaient les coloristes. Les principaux membres de "l’École de Barbizon", furent Camille Corot, Théodore Rousseau, Jean-François Millet et Charles-François Daubigny, auxquels bien d’autres se joignirent.
Mais ce fut Jean-François Millet qui apporta sa réputation à Barbizon lorsqu’il s’y installa, en 1849. Le champ de l’"Angélus", devenu inconstructible, est indiqué sur la route de Chailly.


Ils furent bientôt une centaine d’artistes, louant des granges ou se rendant à l’auberge du père Ganne. Les rapins, comme on les appelait, y menaient belle et bruyante vie et payaient souvent en peignant les meubles et les murs de l’auberge. Barbizon devint réputé. Ce fut le tour de Renoir, Manet, Monet et Sisley de s’enfoncer dans la forêt. "Le paysage, c’est du sport !", gémissait Renoir en portant son lourd chevalet.
De nos jours, l’auberge Ganne est devenue Musée départemental de l’École de Barbizon, avec un intéressant visuel et un choix très représentatif de tableaux.
L’atelier de Théodore-Rousseau abrite des expositions. Celui de Jean-François Millet attire toujours autant de visiteurs. Au milieu de la dizaine d’ateliers de peintres actuels, des plaques évoquent les maisons de Daubigny, Ziem, Diaz, Stevenson, Bodmer… à suivre le long d’un "Parcours de mémoire" à travers les rues de Barbizon.
Patrimoine de France

À VOIR
Musée départemental de l’École de Barbizon
Au 01 60 22 27
Expositions à la Maison–Atelier Théodore Rousseau
Fermé mardi
Maison-Atelier Jean-François Millet
Au 01 60 66 21 55
Fermé mardi et dimanche