mercredi 10 octobre 2012

Vente d’armes : la Russie reprend pied en Irak


La Russie a annoncé, ce mardi 9 octobre, avoir signé avec l'Irak pour plus de 4 milliards de dollars de contrats d'armement. Moscou redevient ainsi l'un des fournisseurs d'armes les plus importants de Bagdad après Washington.
L'annonce a été faite alors que le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki est en visite dans la capitale russe pour trois  jours. Ces derniers mois, des délégations d’experts militaires, avec à leur tête le ministre irakien de la Défense, ont été accueillies à Moscou. C’est au cours de ces visites que les contrats ont été conclus, selon les agences russes.


Les détails des accords passés n’ont pas encore été rendus publics, mais la presse russe rapporte que les négociations entre Moscou et Bagdad ont notamment porté sur la livraison de 30 hélicoptères d'attaque Mi-28 et sur des systèmes antiaériens de courte à moyenne portée.
L’Irak de Saddam Hussein était un important client de l’URSS puis de la Russie. Le matériel soviétique équipait une bonne partie de l’armée irakienne. Les opérations militaires de la coalition menée par les États-Unis ont porté un sérieux coup aux échanges entre Moscou et Bagdad. Ces échanges ont repris, après la guerre, mais à un rythme plus modeste.
Entre 2008 et 2011, la Russie a, par exemple, vendu des armements à l’Irak pour 246 millions de dollars, contre une facture de plus 6,5 milliards de dollars pour les États-Unis.
Avec la conclusion de ces nouveaux contrats, l'export russe d'armements marque des points et efface aussi une grande partie de ses pertes subies après le « printemps arabe » en Libye et dans d’autres pays de la région.
Avec RFI