mardi 9 octobre 2012

Traité budgétaire européen : l’heure des « contre »


C'est l'heure de vérité pour le traité budgétaire. Et pour le gouvernement Ayrault. Un certain nombre de députés, jusqu'au sein même du PS, s'apprêtent à rejeter mardi le texte renégocié par François Hollande.
La majorité passe ce mardi son premier grand test politique à l'Assemblée. Parviendra-t-elle à ratifier le traité budgétaire européen grâce ses seules forces, ou devra-t-elle compter sur celles de la droite ? Jean-Marc Ayrault y joue son autorité. Mais des irréductibles « nonistes », vent debout contre ce traité qui vise à renforcer la discipline budgétaire dans l'UE, sont résolus à défier les consignes de vote.


À LA GAUCHE DU PS

Les dix députés du Front de gauche, tête de pont de la fronde, vont voter comme un seul homme contre le texte qu'ils accusent d'imposer un carcan d'austérité. Plus problématique pour le PS : la grande majorité des 17 élus écologistes, pourtant alliés, devrait les imiter.


L'AILE GAUCHE DU PS

Depuis des semaines, le gouvernement leur intime de ne pas affaiblir la politique européenne de François Hollande. Entre 17 et 20 députés socialistes et apparentés, sur la totalité des 297 membres du groupe PS, pourraient résister aux pressions. Une autre petite dizaine de rebelles devrait choisir l'option plus "sage" de l'abstention.

À DROITE

Eux aussi vont aller contre les consignes de leur parti. Une dizaine de députés UMP, pour la plupart membres de la Droite populaire, rejettent le texte. Parmi eux, Jacques Myard, qui dénonce une "double faute, politique puisque le traité aboutit à un abandon de souveraineté budgétaire sans appel, et économique car il ( ) accélérera la récession". Dans le reste de l'opposition, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, les deux députés du FN ou le Modem Jean Lassalle voteront également contre.
Metrofrance.com (posté par Marino)