samedi 13 octobre 2012

Redevance TV : les socialistes vont taxer les résidences secondaires


La redevance TV est déjà mise en place pour les résidences principales. Dans le cadre du projet de Loi de finances 2013, une augmentation de 2 euros sera proposée. La redevance sera également étendue aux résidences secondaires.
En payant ainsi deux fois cette redevance pour un même service, les « heureux bénéficiaires » de la grandeur d’âme socialiste apprécieront. Un jour, il se trouvera bien un crétin pour coller une redevance sur chaque poste de TV.


La redevance TV devait être augmentée de 4 euros en passant de 125 euros à 129 euros. Le groupe socialiste à l’Assemblée nationale s’est concerté et le gouvernement a ensuite décidé de limiter la hausse à 2 euros. L’État perd ainsi 50 millions d’euros. Pour « compenser » cette perte, une redevance TV sera mise en place pour les résidences secondaires. Cette seconde méthode leur permettra de gagner près de 110 millions d’euros. Vous parlez d’une compensation : du simple au double ! Naturellement, France Télévisions est heureux de la tournure des évènements. De cette façon, les Français ayant une résidence secondaire devront payer 63.5 euros.
Il y a quelques mois, une rumeur circulait concernant les écrans des ordinateurs. Aujourd’hui, beaucoup d’utilisateurs regardent la télévision sur leur PC, le gouvernement se demandait s’il devait également mettre en place une redevance télé. Patrick Bloche a donc déclaré qu’il « n’était pas question d’étendre la redevance aux micro-ordinateurs qui servent à beaucoup d’autres choses qu’à recevoir la télévision ». Ah, ce Bloche, quel homme ! dirait Jack Lang.
Le gouvernement souhaite donc  « réduire l'augmentation » (admirez la formule !) à 2 euros dans le but de taxer ceux qui possèdent une seconde résidence. Une grande partie de la somme obtenue (110 millions d’euros) sera reversée dans le budget de France Télévision. Malgré cette rentrée d’argent, le groupe doit tout de même « faire des efforts de gestion. Mais cette arrivée d’oxygène permettra d’éviter de trop jouer sur la masse salariale qui ne représente que 30% des coûts de France Télévision ». Selon Patrick Bloche, les économies ne doivent pas être faites au détriment de la qualité des programmes proposés sur les chaînes.
Avec 24matin.fr