jeudi 11 octobre 2012

Mali: le gouvernement socialiste voudrait une intervention armée


La France a fait circuler au conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution pour préparer l’autorisation d’une intervention militaire au Mali.
Ce texte, qui doit être adopté dans les prochains jours est considéré comme la première étape avant l’envoi d’une force africaine pour aider l'armée malienne à reprendre les territoires du Nord.


Côté diplomatique, la nomination de Romano Prodi comme envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Sahel est saluée. Il devra notamment coordonner l'engagement de la communauté internationale pour régler la crise malienne.
Cette résolution se veut une dernière chance donnée à la Cédéao pour présenter un plan militaire crédible. Le texte donne trente jours au secrétaire général, Ban Ki-moon, pour obtenir les détails opérationnels que le conseil de sécurité réclame maintenant depuis plusieurs mois à la Cédéao et à l’Union africaine. La résolution autorise également l’envoi immédiat de formateurs militaires pour commencer la réorganisation de l’armée malienne.
Dans le même temps, le texte encourage les négociations avec les groupes armés du nord. Cette offre de pourparlers s’adresse avant tout aux Touaregs. Les officiels de l’ONU ne se font guère d’illusion sur la possibilité de mettre fin au contrôle des islamistes armés d’Ansar Dine autrement que par la force.
Si le calendrier du conseil de sécurité est respecté, l’opération de reconquête du nord du Mali pourrait commencer au plus tôt en mars prochain.
Avec RFI