samedi 6 octobre 2012

L'imam Abou Hamza Masri extradé de Londres vers les États-Unis


L'imam radical Abou Hamza Masri a été extradé vendredi du Royaume-Uni vers les Etats-Unis, où il est accusé de terrorisme, après le rejet de son ultime recours pour éviter son transfert.
D'origine égyptienne, Moustafa Kamal Mustafa, alias Abou Hamza Masri, est accusé par Washington de soutenir Al Qaïda. Il est notamment recherché pour une prise d'otages au Yémen en 1998 et pour avoir fourni un soutien matériel à Al Qaïda aux États-Unis en essayant de créer un camp d'entraînement dans l'Oregon.
L'imam, âgé de 54 ans, purgeait une peine de sept ans de prison en Grande-Bretagne pour avoir incité ses partisans à tuer des non-musulmans.


Borgne et manchot, Abou Hamza, qui a prêché à la mosquée de Finsbury Park dans le nord de Londres, s'est également rendu célèbre pour avoir salué les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.
Il a été extrait d'une prison de haute sécurité dans le centre de l'Angleterre et installé dans un convoi surveillé par de nombreux policiers. Arrivé dans une base aérienne américaine, il a été remis aux autorités américaines et installé à bord d'un avion à destination des Etats-Unis.
Auparavant, la Haute Cour britannique avait refusé sa demande de nouveaux examens médicaux visant à démontrer son incapacité à être extradé selon son avocat. Un marathon judiciaire de huit ans a pris fin vendredi.

"ILS SONT PARTIS"

Après la décision de justice, le gouvernement britannique avait souhaité remettre Abou Hamza le plus rapidement possible aux autorités américaines. Quelques heures plus tard, il était sur le départ.
Quatre autres hommes dont l'extradition était également réclamée par les États-Unis pour actes de terrorisme ont également vu leur recours rejetés vendredi. Ils ont été mis à bord de deux avions civils américains.
"Ils sont partis", a déclaré un porte-parole de la police de Londres, compétente pour les extraditions.
Fin septembre, un précédent appel de l'imam et des quatre autres suspects avait été rejeté par la Cour européenne des droits de l'homme.
Les autres islamistes réclamés par Washington sont accusés d'avoir participé en 1998 aux attentats contre les ambassades de Nairobi et de Dar-es-Salaam pour deux d'entre eux, de divers meurtres et autres actes criminels s'agissant des deux derniers.
Connu pour ses discours musclés contre l'Occident, Abou Hamza a été décrit comme source d'inspiration pour certains des activistes connus sur la scène internationale comme le Français Zacarias Moussaoui, condamné à la réclusion à perpétuité pour avoir participé à l'organisation des attentats du 11 septembre.
Né en Égypte, l'imam était arrivé au Royaume-Uni dans les années 70 pour y suivre des études d'ingénieur. Il avait épousé une Britannique et travaillait comme portier dans des discothèques de Londres.
L'imam raconte qu'il a perdu ses deux mains - il porte un crochet à la droite - et un oeil en Afghanistan dans les années 80 lors d'une mission humanitaire. Selon les autorités, il combattait contre l'Union soviétique aux côtés des moudjahidine.
Avec Reuters