mardi 23 octobre 2012

Les avis scientifiques partagés sur les OGM


Le Haut conseil des biotechnologies (HCB) puis l’Agence Nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), l’après-midi, ont rejeté lundi les conclusions de l'étude Séralini sur la toxicité d'un maïs OGM.


L’étude dont il est question a porté sur la consommation du maïs transgénique NK603 et d’un herbicide de type Round Up de la firme Monsanto. Ces résultats qui semblaient démontrer de façon évidente les risques liés à la consommation d’OGM, ont fait l’objet, à la demande du gouvernement, d’avis de la communauté scientifique.

Après les académies nationales d’agriculture, de médecine, de pharmacie, des sciences, des technologies et vétérinaires, c’est au tour du Haut conseil sur les biotechnologies et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail de relever de nombreuses insuffisances dans l’étude Séralini.

La communauté a toutefois souligné qu’une nouvelle étude doit être menée afin de prouver si oui ou non ce maïs ne présente pas de danger à la consommation. Les organisations telles Générations Futures ou encore Greenpeace estiment que le choix des différentes agences sanitaires de réaliser une étude de long terme, indépendante et contradictoire sur ce maïs est un bon premier pas. En attendant, toute nouvelle autorisation d’OGM doit être gelée et celles en cours, suspendues.
Avec RFI