mardi 9 octobre 2012

États-Unis : Mitt Romney promet une politique étrangère plus offensive que Barack Obama


C'est la première fois que la politique étrangère se fait une place dans la campagne présidentielle américaine. Mitt Romney a donné le 8 octobre sa vision du monde lors d’un discours à Lexington, dans l'État de Virginie.
À moins d’un mois du scrutin, et quelques jours après le débat qui lui a permis de refaire surface dans les sondages, le candidat républicain se forge une stature présidentielle sur le plan international. Il n'a pas hésité à critiquer très vivement la politique étrangère de son adversaire Barack Obama, et promet de changer de cap.


L’Iran, la Libye, les relations avec Moscou ou encore la crise en Syrie : pour Mitt Romney, l’actuel président américain a échoué, et à plus d’un titre. Le candidat conservateur attaque particulièrement Barack Obama sur sa gestion des printemps arabes, et dénonce la stratégie de l’espoir de l’actuel président : « Je sais que le président espère un Moyen-Orient plus sûr, plus libre et plus prospère, qui serait notre allié. Je partage cet espoir. Mais l’espoir n’est pas une stratégie. Nous ne pouvons pas soutenir nos amis et battre nos ennemis au Moyen-Orient tant que nos paroles ne sont pas en rapport avec nos actes ».

Mitt Romney s’engage également sur l’aide américaine à l’Égypte. Elle sera subordonnée au respect par le Caire du traité de paix avec Israël, assure le candidat républicain qui n’oublie pas le régime de Bachar el-Assad : « En Syrie, je travaillerai avec nos alliés pour identifier et aider à l’organisation des membres de l’opposition qui partagent nos valeurs. Et je m’assurerai qu’ils obtiennent les armes nécessaires pour combattre les chars, les hélicoptères et les avions de chasse d’Assad »
Avec RFI