samedi 6 octobre 2012

Baisse du niveau des élèves : le casse-tête de Peillon


Vincent Peillon, le ministre de l'éducation nationale a reçu ce vendredi 5 octobre le rapport de la concertation sur la refondation de l'école française.
D'après des études internationales, le niveau des élèves baisse depuis plusieurs années, ce qui a poussé François Hollande à faire de l'éducation une priorité de son quinquennat.
Ce rapport, qui conclut une grande phase de discussion lancée en juillet 2012, doit servir de base à une future loi de programmation et d'orientation prévue d'ici la fin de l'année.


En primaire, 32% des élèves français ont un niveau jugé faible ou très faible. Conséquence directe, chaque année, ils sont 140 000 à sortir de l'école sans aucune qualification. C'est en partant de ce constat que Christian Forestier et les autres auteurs du rapport sur la refondation de l'école publique, ont dégagé une priorité claire : l'école primaire.
Pour Christian Forestier, « c'est la première fois que l'on dit très clairement que, notamment  pour l'échec scolaire lourd, si on veut le réduire de manière significative, il faut s'intéresser à ce qu'il se passe dans les toutes premières années de la scolarisation. Non seulement en cours préparatoire mais même avec les années d'école maternelle. »
Pour les auteurs de ce rapport, il faut mettre au point une nouvelle pédagogie pour le primaire. Parmi les pistes envisagées il y a l'utilisation des recrutements promis par François Hollande pour affecter plus de professeurs en école primaire qu'il n'y a de classes. Nathalie Mons est sociologue, elle fait partie du comité de pilotage de cette concertation. D'après son analyse, il faut changer les habitudes scolaires : « On peut prendre par exemple des groupes d'élèves en difficulté dans la même classe ou créer des groupes d'élèves pour les faire coopérer autour de lectures. Cela concernera de façon privilégiée les deux niveaux d'enseignement, le cours préparatoire et le cours élémentaire de première année, parce que c'est là que l'on apprend la lecture.»
D'autres mesures sont également à l'étude, comme la réduction du nombre d'heures de cours par jour ou la suppression de la semaine de quatre jours. Vincent Peillon, le ministre de l'Éducation, doit rendre ses premiers arbitrages le jeudi 11 octobre. Puis une loi de programmation et d'orientation est attendue d'ici à la fin de l'année 2012.
Avec RFI