samedi 13 octobre 2012

Auvergne : le village de Besse et son jardin médiéval


Dans le Massif du Sancy, le village de Besse et Saint-Anastaise a voulu nous offrir un voyage au cœur de son histoire. En contrebas du Château du Bailli, toute une équipe motivée par son patrimoine a entrepris la création d’un jardin médiéval.
Ouvert à tous depuis cet été, ce jardin a été initié à l’automne 2011 par les services patrimoine et espaces verts. Impliquée dans la conception du jardin, l’équipe de bénévoles dans la recherche des plantes en assure l’entretien.
Réaliser un inventaire des plantes spécifiques à la commune, était L’étape nécessaire à la création d’un jardin médiéval à Besse. Pour se faire, un groupe de bénévoles s’est constitué, sous la houlette de Jean-Louis Delquaire, responsable de la conception technique et de Marie Léger, responsable de la conception littéraire et de l’inventaire, pour créer une base de données des plantes locales à intégrer au jardin.


Ce groupe travaille en étroite collaboration avec un conservateur en botanique, représentant de la Réserve Naturelle Nationale de la Vallée de Chaudefour M. Eric Vallet afin de garantir un fleurissement original.
À terme, l’idée est de créer un fleurissement spécifique, basé sur ces plantes locales, dans l’ensemble du bourg de Besse.

HISTOIRE, COULEURS ET SENTEURS…

Jardin historique, de senteurs et palette chromatique, ce jardin propose une visite originale de la ville en se basant sur l’utilisation des plantes pour parler de la vie des hommes.
Plantes médicinales et aromatiques, plantes potagères et à parfum, plantes textiles et tinctoriales.
Plusieurs espèces seront présentées. Les espèces oubliées, avec d’anciens légumes telles que la pomme de terre (introduite à Besse en 1776 par Godivel) ou de choux, symbolisant ainsi les éléments qui étaient à la base de l’alimentation des Bessards d’autrefois.
Les plantes textiles, tels que le lin et le chanvre, utilisées pour l’artisanat aux XVIIème et XVIIIème siècles. Les vestiges de cette activité sont encore visibles : les moulins sur la Couze Pavin et l’aqueduc « dit romain » à Besse, servaient à irriguer les champs de lin et de chanvre. Les plantes tinctoriales, comme le Genêt du Tinturier étaient utilisées pour teindre les draps ainsi fabriqués.
Le Saviez-vous ? C’est le Curé Gros qui a introduit la filature au rouet entre 1758 et 1760 afin de relancer l’activité économique de la commune de Besse via le textile.
Les plantes médicinales, autrefois ramassées par les femmes, qui les revendaient aux herboristes, et les plantes aromatiques, à associer aux autres pour éloigner les nuisibles, permettront de parfaire la diversité de ce jardin.

LE JARDIN CLOS DU REMPART

Comme tout jardin il faudra patienter quelques années pour que les plantes investissent les lieux.
Recueillies dans la nature ou semées, les plantes du jardin sont liées étroitement à l’histoire de Besse et aux activités humaines. En visite libre ou guidée, il suffira de déambuler dans les allées du jardin pour découvrir ou redécouvrir les plantes sauvages, protégées, toxiques, cultivées...
Une façon ludique de sensibiliser au respect de la nature Ce jardin médiéval se veut être un outil de sensibilisation au développement durable via des animations autour de gestes éco-citoyens comme le compostage, l’arrosage raisonné et l’adéquation entre les plantes aromatiques et potagères pour supprimer l’usage de pesticides.

LE JARDIN MÉDIÉVAL, TOUTE UNE HISTOIRE…

Depuis l’Antiquité l’existence des jardins est reconnue. Ils sont les lieux d’agrément des notables. Au départ, ils sont des jardins de subsistance pour les moines et les paysans. Jardins clos pour être protégés des animaux sauvages, ils s’articulent en 4 parties séparées par des allées. Le jardin des abbayes se structure autour de l’hortus (légumes), proche des cuisines, de l’herbularius (condiments et aromatiques) proche de l’infirmerie et du viridiarum (verger) qui se mêle au cimetière.
Le «  jardin paysan » sert à l’alimentation de toute la famille et le «  jardin urbain », comme à Besse, est à l’extérieur des murailles de la ville et sert à l’alimentation de base de la population.
À partir du XIIème siècle, le jardin revêt un nouvel usage, celui de l’agrément. Les seigneurs créent dans l’enceinte de leur château des espaces de rencontre et de méditation.
L’usage du jardin devient, à l’image du roman courtois, un lieu de rencontre amoureuse.
Les hommes s’inspirent du jardin d’Éden pour tendre vers le paradis. La construction du jardin médiéval est l’archétype du jardin d’Éden avec les quatre fleuves qui sont représentés par les allées menant au centre du jardin, la voûte céleste. Le chiffre 4 représente aussi les quatre éléments. Cette symbolique du jardin se retrouve dans l’art médiéval.

INFORMATIONS PRATIQUES
Office de tourisme de Besse
Place Docteur Alfred Pipet
63 610 Besse-et-Saint-Anastaise
Visite libre ou guidée
Inscription gratuite et conseillée au Bureau du Tourisme : 04 73 79 52 84.
Patrimoine de France